Neurosciences socio-affectives pour thérapeutes

Publié le 27.01.2020

Lors de ce stage, Claire MARTEL-PAILLARD et Laurent-Yves BOURGUIGNON vous proposent d'explorer les récentes avancées en neurosciences émotionnelles et comment pouvoir en tirer parti dans une pratique thérapeutique.

PUBLIC

  • Thérapeutes certifiés

OBJECTIFS & contenus

  • Les systèmes émotionnels modifient notre être-au-monde (aller vers / retrait défensif, degré d’ouverture à la nouveauté, vivacité intellectuelle…) selon des rôles biologiquement programmés (ex. ‘‘nous protéger’’, ‘’nouer des liens’’…) qui échappent à notre volonté. Nous réagissons avant d’avoir pu élaborer une pensée. Les interventions dites descendantes du thérapeute donnent du sens à nos actions, mais n’agissent pas au niveau de la source de nos réactions automatiques qui se reproduisent chaque fois qu’une situation inachevée réémerge. Le travail sur les émotions et le sens ne suffit pas. Les neurosciences nous aident à comprendre comment désautomatiser ces voies neuronales. Les systèmes Peur (FEAR) et Colère (RAGE) sont activés par l’insécurité physique ou affective (ex. attachement anxieux-ambivalent), mais aussi lorsque notre système nerveux autonome est hyperactivé (en cas de stress). Ces systèmes émotionnels défensifs coordonnent inconsciemment un ensemble d’automatismes neuronaux qui concourent à nous protéger : nos capacités de mentalisation s’éteignent (surtout ne pas se mettre à la place de notre agresseur!). L’ensemble de nos facultés mentales et notre puissance physique sont au service de l’action pour préserver au mieux notre sécurité relationnelle (ex. domination, soumission, évitement…). En situation thérapeutique, le thérapisant est alors hermétique à la sollicitude empathique (CARE) du thérapeute. L’alliance thérapeutique est impossible dans ces moments-là.
  • Comment rétablir les conditions optimales du dialogue herméneutique avec un client insécure — lorsque son système nerveux n’est pas en mode d’engagement social (Porges)? Comment perturber l’automaticité de réponses défensives indispensables dans le passé, régulièrement reproduites, mais devenues inadaptées ?
  • Les phénomènes de dissociation chronique, l’emprise des mécanismes physiologiques défensifs, l’influence du corps sur notre mental ainsi que sur notre capacité à entrer en lien sont des apports essentiels des neurosciences socio-affectives. La vision de la psychopathologie en est profondément modifiée.

METHODES

  • 4 jours pour partager une synthèse des apports récents en matière de fonctionnement socio-affectif du cerveau et d'implications de ces mécanismes biologiques pour notre pratique thérapeutique. Temps de mises en pratique et d'échanges pour préciser ce que cela signifie concrètement pour nos accompagnements.
  • Parmi les nombreux auteurs dont nous parlerons : BOON, COZOLINO, LEVINE, NIJENHUIS, OGDEN, PANKSEPP, PORGES,  SCHORE,  STEELE, SIEGEL, VAN DER KOLK, VAN DER HART...
  • Avant la formation : envoi aux participants de documents de sensibilisation

EVALUATION

  • 1 écrit d’une 1/2  page

FORMATEURS

  • Claire MARTEL-PAILLARD                           
    Gestalt-thérapeute du lien
    Coordinatrice du cycle 3
    Superviseure didacticienne
    Docteur en médecine
  • Laurent-Yves BOURGUIGNON
    Gestalt-thérapeute du lien
    Metteur en scène

MODALITES

  • 2020 : 19 + 20 septembre & 28 + 29 novembre
  • Tarif individuel : 616 € / Tarif convention : 700 €
  • Lieu du stage > Institut Champ-G
    340 avenue de la Marne – Parc Europe – Bâtiment 13/B
    59700 Marc en Barœul