Psychothérapie

Publié le 15.07.2011

Depuis janvier 2016, l'institut Champ-G a recentré ces activité autour de la formation à la Gestalt-thérapie. Pour tout renseignement complémentaire, nous vous invitons à vous adresser directement à : Laure TESSERON 06 13 83 63 54

 

La Gestalt-thérapie se fonde sur l'expérience de contact dusujet avecle monde qui l'entoure. Elle propose ainsi d'appréhender la personne dans sa globalité prenant en compte :

  • sa dimension sensorielle,
  • sa dimension émotionnelle,
  • sa dimension mentale
  • et sa dimension sociale.
Elle met à jour dans l’ici et maintenant la façon dont les interactions se créent. Elle aide à identifier les besoins et les désirs et à repérer comment les expériences de contact sont perturbées, interrompues ou accomplies. Cette démarche active et créatrice permet de prendre conscience des mécanismes répétitifs.   Elle ouvre à la libre construction d’un sens et à la recherche de changement dans son existence.
Importée des Etats Unis, la Gestalt-thérapie s’est développée en France dans les années 1980, à travers de multiples courants et personnalités regroupant des pratiques diversifiées. Certains mettent davantage l’accent sur l’expérimentation corporelle et sur le concept de contact ; d’autres insistent sur la dimension phénoménologique de l’expérience et voient la psychothérapie comme une analyse du cours de la présence. 
Quant à nous, à Champ-G, nous souhaitons tenir compte des évolutions dans la recherche en psychothérapie. Nous travaillons à intégrer :
  • les fondements philosophiques existentiels humanistes,
  • la phénoménologie et la théorie du champ,
  • certains concepts de la psychanalyse des relations d’objet,
  • la sociologie clinique,
  • les récents travaux en neurosciences affectives. 


POURQUOI LA GESTALT-THÉRAPIE DU LIEN À CHAMP-G ?

Pour l’expliquer, il nous faut passer par la présentation de la P.G.R.O. ou Psychothérapie Gestaltiste des Relations d’Objet, autrement appelée "Psychothérapie du lien" qui est unepsychothérapie intégrative conjuguant la présence expérientielle de la Gestalt-thérapie, la compréhension des trajectoires développementales proposée par la théorie de l’Ecole britannique des relations d’objet et les neurosciences affectives.

 
Elle prend appui sur la psychodynamique du lien thérapeutique pour favoriser le changement et le développement de l’individu.
Le lien, c’est une relation intériorisée : le lien entre un client et son thérapeute va permettre de travailler les liens actuels à son environnement social et affectif et de réactualiser les liens précoces avec les figures de son histoire, en amenant plus de conscience et de  nouveauté dans ses relations présentes.
  Gilles DELISLE, québécois, en est le fondateur depuis l’écriture de sa thèse en 1998 : "La Gestalt-thérapie des relations d’objet : théorie révisée du self".
Il est parti du constat que la Gestalt-thérapie de PERLS et GOODMAN est plutôt centrée sur une théorie de la santé et de la croissance, au détriment d’un corpus théorique considérant la pathogenèse et que, de fait, elle manquait d’une théorie du développement psycho-affectif de l’enfant. La pensée psychanalytique de l’Ecole britannique des relations d’objet offrant de grandes similitudes avec la théorie gestaltiste, Gilles DELISLE propose dans son modèle une "ouverture multimodale" sur les auteurs, qui permet d’intégrer un patrimoine considérable de connaissances théoriques sur le développement psychique de l’enfant et la pathogenèse. A Champ-G, le cursus de formation longue de cycle 3 forme 
les stagiaires à la Gestalt-thérapie du lien, fidèle à la P.G.R.O. 
de Gilles DELISLE, réactualisée, tenant compte des avancées en neurosciencesaffectives et intégrant nos différentes sensibilités d'approche.
Si la P.G.R.O. reste le cœur de notre formation, ce n’est pas au détriment d’une approche existentielle, considérablement enrichie par les travaux de Noël  K. SALATHE, Gestalt-thérapeute auquel nous faisons référence durant tout notre cursus de formation. La psychothérapie existentielle de Noël K. SALATHE soutient surtout une posture phénoménologique, s’appuyant sur une vision de l’homme et des valeurs qui concernent chaque être humain.
 
La Gestalt-thérapie du lien est attentive à rester fidèle à cette vision de l’homme : un homme responsable, libre mais indissociable d’un environnement qui le confronte à ses limites, à l’absurde, à la finitude et au final à l’angoisse. Outre la P.G.R.O. et l’existentiel, la Gestalt-thérapie du lien attire l’attention sur le risque du "tout psychologisant", c’est ainsi que nos formations,en faisant référence aux travaux de Vincent DE GAULEJAC, de Max PAGES ou de Paul RICOEUR, enseignent aussi l’importance de la construction psychosociale du sujet.
Nous revendiquons l’intérêt d’un regard sociologique en clinique et apprenons à nos stagiaires à analyser les processus socio-psychiques qui fondent l’existence du sujet, sa dynamique subjective et son inscription sociale. Le concept de trajectoire sociale aide à comprendre l’articulation entre histoire personnelle, histoire familiale et histoire sociale.
Plus récemment, sous l’impulsion de Gilles DELISLE qui intègre maintenant à la P.G.R.O. les données récentes de la neuropsychanalyse à son corpus théorique, nos formations à Champ-G font référence et offrent des stages complets de formation continue en neurosciences affectives.
Pour cela, nous nous appuyons sur les travaux d’Allan SCHORE, Louis COZOLINO et Peter FONAGY dont les perspectives neuro-développementales nous renseignent sur la croissance neuronale, la dynamique des mémoires, la dynamique affective et la régulation affective. En outre, ces travaux mettent au centre des compétences à acquérir, les compétences somato-affectives du thérapeute et redonnent ainsi toute sa place à l’importance de l’awareness chère à la Gestalt-thérapie.